"Le carré de la vengeance" de Peter Aspe : un bon polar anguleux !

Publié le par Flora

Après les univers de Caryl Férey et d'Antoine Chainas, j'ai savouré avec délectation chaque page du "Carré de la vengeance" de Peter Aspe, auteur brugeois. J'avais envie de me remémorer l'ambiance si particulière (mais aussi un peu trop touristique) de Bruges et puis c'est un livre que m'a conseillé ma libraire.

Je pensais lire un ouvrage récent or l'édition originale de ce polar, en néerlandais, a été publiée en 1995  : c'est la première traduction française de cet auteur !  Ce livre est le premier de la série qui met en scène le commissaire Van In, plutôt perspicace et futé. Fumeur invétéré, amateur de bières (rien que de très normal pour un belge) mais ne dédaignant pas les vins fins et français, Van In est un flic un peu désabusé, divorcé et ayant renié un peu ses idéaux de jeunesse. L'enquête qu'on lui confie, un curieux vol de bijoux puis une affaire de kidnapping,  va lui redonner de la vigueur, d'autant plus qu'il s'amourache de la substitut du procureur, Hannelore Martens...

Au total, 333 pages de belles élucubrations policières, où l'on apprend plein de choses, de l'eau régale au carré des Templiers... Moins noir que les polars lus auparavant,  "Le carré de la vengeance" est un polar pur, où l'auteur nous promène allégrement parmi des solutions qui toutes s'annulent les unes après les autres... jusqu'à la chute finale. Peu habituée à ce genre d'ouvrage,  j'ai dû me concentrer pour suivre (et comprendre) chaque piste ! Le jeu en valait le détour mais je suis cependant un peu déçue. Même si l'intrigue, les péripéties, le dénouement sont excellents, certains personnages, eux, sont parfois un peu caricaturaux, notamment les femmes (toutes sont belles et suscitent des pensées peu orthodoxes...). De plus, j'ai trouvé le thème de la famille catho qui a des secrets peu avouables déjà ressassé ailleurs... Enfin, je ne retiendrais pas forcément beaucoup de choses de ce roman, contrairement aux "Porteurs d'Ames", qui m'a touché durablement. Finalement, que subsiste-t-il ? Des visions de maisons de Bruges, des noms à consonnance belge (ça dépayse !), un flic plutôt sympathique, timide et bon vivant... 

 
Sites complémentaires :
Albin Michel (interview de l'auteur)

Publié dans L'attrape-polars

Commenter cet article

Joelle 16/07/2008 18:49

Je le note ... pour Bruges surtout ! Cette ville est tellement belle :)

Flora 17/07/2008 21:31


oui, très belle ville... mais j'avoue que la ville de Bruges sert de cadre et n'est pas un personnage de ce livre, intéressant tout de même ! 


Michel 28/06/2008 21:58

J'ai hésité en voyant ce policier et tu me donnes envie, la bière...
Mais qu'est-ce des pensées orthodoxes en pensant à une femme ??

Flora 28/06/2008 23:24


Van In est un féru de bières... et de bonnes choses en général ! C'est un personnage bon vivant donc plutôt sympathique ! Quant aux pensées "orthodoxes" concernant les personnages femmes
de ce roman (je me relis en même temps...) je voulais dire que ces personnages féminins, belles, sexy et attirantes, suscitent forcément des envies sexuelles pour les personnages hommes qui
les cotoient !