Une vie chinoise, une BD en forme de livre d'histoire

Publié le par Marie-Florence Gaultier

tome 1 : le temps du père
tome 1 : le temps du père

Une vie chinoise est une trilogie réalisée par Li Kunwu qui met en scène sa vie, aidé par Philippe Ôtié au scénario. Cette BD en noir et blanc permet de comprendre une partie de l'histoire de la Chine des années 50 à aujourd'hui, à travers le personnage principal, Xiao Li, que l'on va voir naître dans les années cinquante puis grandir.

Le premier tome, « le temps du père » débute par la rencontre des parents de Li Kunwu. Son père, secrétaire du parti communiste, réalise un « peu d'enseignement révolutionnaire » dans un village du sud de la Chine lorsqu'il repère une jeune fille. Il décide de l'épouser et quelques années plus tard, Xiao Li naît en 1955.

Trois chapitres découpent ce premier opus que Li Kunwu présente en intégrant des photos de lui, ce qui oblige à ne pas oublier que ce récit est bel et bien autobiographique. Au fur et à mesure de l'avancée du récit, les évènements historiques défilent et le lecteur a l'occasion d'en saisir la réalité concrète sur les personnages. Par exemple, le grand bond en avant qui encourage des actions collectives souvent utopiques comme la collecte de fer pour la production d'acier. Tout le monde s'y met au point que le pays « se transforma en une vaste aciérie ». Parallèlement, la famine touche les villes comme les campagnes. Pour contrer ce fléau, une campagne est lancée, pour supprimer les nuisibles, notamment les mouches, les moustiques, les rongeurs et les moineaux. Plus tard, ce sont les rats qui sont visés. Les enfants des écoles doivent participer à la campagne et rapporter des queues de rat pour prouver leur dévotion à la cause nationale !

Beaucoup d'anecdotes de ce genre pimentent le récit et provoquent souvent l'étonnement. En réalisant (plus tard) le manga « les pieds bandés », Li Kunwu a pu dénoncer avec force cette ancienne tradition chinoise qui consiste à bander les pieds des petites filles. Dans une vie chinoise, le dessinateur présente le personnage de Naïnaï, une vieille tante aux pieds déformés, qui devient la nourrice de Xiao Li et de sa sœur. Celle-ci, en racontant des contes traditionnels chinois, s'attire les foudres du père de Xiao Li qui refuse que ses enfants entendent ces histoires de « vieux féodaux ».

Le jeune Xiao participera avec beaucoup d'autres chinois aux destructions et dénonciations suscitées par la politique de Mao : « Comme beaucoup, j'essaie d'éviter de trop regarder en arrière, de laisser la mémoire m'entrainer sur la pente du remords. Mais en vérité, celui qui, jadis, détruisit dans l'insouciance de la jeunesse tant et tant de merveilles donnerait tellement aujourd'hui pour retrouver quelques-uns seulement de ces objets merveilleux qui portaient notre histoire. » (page 149, tome1)

Le livre raconte aussi comment la vocation de Li Kunwu naît, en réalisant des dessins de coiffures autorisées ou non par la révolution culturelle de Mao. Les dessins de ce manga au sens de lecture occidental sont très particuliers. Parfois, les visages sont un peu déformés, parfois ils sont nets, surtout lorsqu'il s'agit de personnalités comme Mao ou d'autres représentants politiques. N'oublions pas que Li Kunwu s'est formé de façon autodidacte au dessin, qu'il a réalisé des affiches, des tracts ou encore des dazibao* pour traduire la pensée de Mao, comme ces dessins de coiffure autorisées ou non par la révolution culturelle.

Si certains dessins ressemblent à des caricatures, d'autres prennent de la hauteur pour montrer des rues ou des places de villages ce qui dénote des intentions documentaires explicites, qui rajoutées à la portée autobiographique forme un ensemble très riche et unique. Une BD qui deviendra assurément un classique car en le lisant, on parcourt quelques décennies d'histoire qui permettent de comprendre la Chine d'aujourd'hui.

* dazibao : En Chine, grand journal mural écrit à la main, soit par les propagandistes, soit par les contestataires (cf. Larousse)

Une vie chinoise, dessins de Li Kunwu, scénario de Li Kunwu et Philippe Ôtié, éditions Kana, collection made in ;

tome 1 : le temps du père, tome 2 : le temps du parti, tome 3 : le temps de l'argent

Commenter cet article