Le Patient, une BD thriller haletante

Publié le par Marie-Florence Gaultier

Le Patient raconte l'histoire d'un jeune garçon hospitalisé après un drame, que l'on découvre dès les premières planches : une jeune femme, à l'air perdu, erre dans les rues d'une petite ville, un couteau à la main et du sang sur ses vêtements. Deux policiers la rattrapent et la reconnaissent. Dans sa maison, ils découvrent toute une famille assassinée, sauf un membre qui est encore en vie : Pierre Grimaud, quinze ans.

Le « patient », c'est lui Pierre, plongé dans un coma qui va durer six ans. Les infirmières s'attachent à ce garçon qui va aussi attirer comme un aimant le docteur Anna Kieffer, psychologue intéressée par son histoire familiale.

L'auteur Timothé Le Boucher nous immerge alors dans deux narrations parallèles : la vie de Pierre à l’hôpital et sa vie avant, grâce à la psychologue qui le fait parler. Ainsi, Anna connaissait déjà la famille de Pierre, celle dans laquelle a été commis « le massacre des corneilles », comme le surnomme la presse. Anna avait en effet pris en charge la sœur de Pierre, Laura, juste après le drame. En écoutant Pierre, elle souhaite étudier les ressorts psychologiques de l'affaire, tout en collaborant avec la police.

« Tout le monde porte un masque de normalité »

A l’hôpital, Pierre va se lier d'amitié avec d'autres « accidentés » : le mutique Bastien, Max aux jambes amputées... Ensemble, ils vont faire des virées à la morgue, histoire de tromper leur ennui. Pendant que les patients se rétablissent doucement, l'auteur s'attache aussi à décrire quelques bribes de vies du personnel : les infirmières, les docteurs, la coiffeuse, les kinésithérapeutes... Tout ce petit monde s'épie, se croise et échange des rumeurs, à tel point qu'une atmosphère de « paranoïa collective » se répand à l’hôpital, comme le formule un inspecteur appelé à la rescousse.

Au fil des 296 pages, l'auteur prend son temps pour nouer les intrigues. Jusqu'à la moitié de la BD, le lecteur assemble diverses pièces du puzzle. Puis la vérité se dessine très clairement à partir d'un tournant qui s'avère décisif quoique négocié de façon abrupte par l'auteur. Auparavant, on naviguait en effet en eaux troubles : plusieurs pistes s'offraient à nous. A partir de ce moment (impossible de tout révéler pour ceux qui n'ont pas encore lu l'ouvrage), on suit une seule direction qui nous amène jusqu'au final. La tension monte progressivement, tout comme la violence qui survient. D'abord enfouie dans plusieurs personnages, elle ressort mystérieusement, ici et là, tout comme les vols des corneilles disséminés dans les planches, clin d’œil aux oiseaux d'Hitchcock. 

Les dessins de Timothé Le Boucher ne m'ont pas semblé attractifs au départ. Je me suis tout de même laissé prendre par cette BD thriller très bien menée, même si je trouve que le tournant évoqué plus haut est un peu brutal pour le lecteur. Et je trouve que certains personnages ne sont pas assez développés, comme la psychologue ou la femme médeçin qui suit Pierre. Peut-être que je me suis un peu trop attachée aux personnages ? 

En la relisant, je trouve la BD très cinématographique et s'apparente à un coup de poing lent et nauséeux, une plongée en eaux troubles. A la fin, on a juste envie de tout relire, pour mieux savourer ce « patient » très ingénieux.

 

Publié dans BD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article