Les Petits, le dernier roman de Christine Angot

Publié le par Flora

Difficile de lire le dernier roman de Christine Angot sans penser à la personnalité de l'auteure, à ses coups de gueule célèbres. La lecture en est forcément troublée, surtout pour moi qui adore lire sans à priori aucun. Jusqu'ici, j'avais évité de la lire, n'étant pas particulièrement attirée par les polémiques intellectuelles. Ceci dit, ma première lecture de Christine Angot n'est pas une mauvaise expérience. Ce roman, intitulé Les Petits, a même une certaine envergure, une certaine puissance, n'en déplaise à ses détracteurs. Par contre, très curieusement, l'auteur ne se focalise pas sur l'écriture, son style semble à peine travaillé : phrases courtes, tournures familières dans les dialogues, pas de fioritures. Et moi, cela m'a souvent gênée, voire agacée. Mais si on met de côté ce style particulier, ce qui importe finalement, c'est autre chose, c'est le regard acéré de l'auteur sur ce couple en perdition, dont l'amour disparaît bientôt. C'est la force avec laquelle l'auteur nous embarque dans cette histoire familiale ratée.

 

Hélène rencontre Billy et après une courte période de bonheur, le malaise s'installe et monte crescendo. La faute à qui ? Aux quatre enfants qui naissent ? A la vie qui défile, avec son lot de malheurs habituels ? Apparemment cela vient d'Hélène, de son emprise sur le monde autour d'elle, des règles qu'elle impose à son entourage. Elle "refuse la loi du père, la loi du juge".  Billy, son compagnon antillais, musicien, laisse courir : « il ne supporte pas le rapport de force. Il lâche sur des détails se piégeant lui-même. Le cadre se referme comme ça peu à peu. » Il se retrouvera bien malgré lui accusé de violence. L'engrenage de la justice va pouvoir se refermer sur lui...

 

J'ai été bluffée par la connaissance très fine de l'auteur des rouages de la justice, surtout en ce qui concerne les affaires de divorce, de gardes d'enfants... Dès lors, le roman se fait miroir de l'époque, de la société, de la famille : Christine Angot, au départ, ne juge pas, mais dissèque les faits : elle observe les dégâts produits chez Billy puis sur ses enfants. Extérieure au récit pendant­ la moitié du roman, très soudainement elle utilise le « je » qui la propulse tout à côté de ce couple cassé : elle est la (nouvelle) compagne de Billy.

 

 Ici la fiction et l'autobiographie se rejoignent pour former un texte ardent et dur sur les travers de la justice, mais surtout sur un portrait de femme peu élogieux. La gent féminine n'en sort pas grandie ! Très vite lu, ce roman est intéressant et flirte souvent avec l'étude sociologique. J'ai moins aimé l'écriture en elle-même, trop légère, trop faible sur le plan stylistique. Dommage, car l'alliance des deux aurait fait de ces Petits un grand roman.

 

 

"Je comprends, j'ai connu ça. On croit qu'on va passer entre les gouttes. Entre les mailles du filet. Qu'on aura du bol. Que c'est pas si terrible, qu'on peut y survivre. On se dit ça parce que on n'a pas le choix. On se dit qu'il y a des avantages. Malgré tout. On deale. On ne se sent même plus attaché à ce qu'on a, ni à ce qu'on est, à ce qu'on était. ça paraît loin ce qu'on était. On fait la liste des compensations. On fait ressortir le positif. Etre à la maison avec les enfants. S'évader avec Chloé. Les échappées. Les soupapes. On se dit qu'on a des respirations. Qu'on apprend des choses. Qu'on découvre. Que c'est un enseignement. On voit que c'est terrible. On l'ignore. On le chasse. On deale. On voit, on s'inquiète, mais on ne pense pas à l'avenir. Il est loin. On verra.On n'en est pas là. Peut-être qu'on va s'en sortir. On ne sait jamais. Soi exceptionnellement. On va peut-être échapper aux statistiques. Faire exception une fois de plus. On est peut-être plus fort que les autres. Après tout. Immortel. Pourquoi pas ? Plus malin. Plus... Je connais tout ça. Je comprends." (page183)   

 

 

Les Petits, Christine Angot, Flammarion, 187 pages, 17 €

Publié dans L'attrape-livres

Commenter cet article

girard 28/03/2011 19:02


Mais toi, au moins tu l'as lu. Ce n'est pas "L'attrape-livres" qui m'a énervé, mais d'autres forums où les auteurs règlent des comptes avec Angot plutôt que de parler du livre. Entre nous, tu as de
la chance d'avoir commencé par "les petits", je ne sais si après "Rendez-vous" tu garderai la même objectivité, mais, comme apparemment tu lis vite essaye le pour voir...(après la pile pour le
jury!)et désolé sil ne te plais pas , moi j'ai pas réussi à le détester.


girard 23/02/2011 19:39


"Les petits", c'est tout simplement un très bon roman, bien sur le style est assez dur surtout au début du livre mais c'est le choix de l'auteur (j'aime pas auteure..)et une fois le bouquin refermé
et non pas tombé des mains le lecteur en comprend la nécessité,. Je viens de lire une tonne de conneries à propos de ce livre , de toute évidence écrite par des gens qui n'ont même pas lu la 4ème
de couv,qui ne doivent pas lire grand chose d'ailleurs, personne pour relever l'étude sans faille sur la possession, sur les concessions de la vie. Quand à la personne qui s'est reconnue en Hélène,
qu'elle se rassure des Hélènes des Billy, des petits à gérer, il y en a à tous les étages des HLM, des résidences des immeubles, dans les pavillons de banlieue, partout, à notre porte, même chez
nous!
J'ai beaucoup aimé ce livre.


Flora 28/03/2011 18:02



Pour moi je suis mitigée... 



Yv 26/01/2011 16:20


Je viens de voir chez Hélène que tu faisais partie du jury du Prix L'Express. Moi aussi. J'ai d'ailleurs lu ce livre dans ce cadre et j'avoue que le style me rebute, ce qui m'empêche d'apprécier ce
livre.A bientôt alors.


Flora 27/01/2011 21:06



Je ne suis pas loin de penser la même chose que toi pour Angot : le style est vraiment mauvais, surtout si je compare avec Makine que je lis actuellement... Difficile de comparer les 2 !
concernant le prix des lecteurs de l'express, pour l'instant je m'éclate ! Je trouve cela super : recevoir des livres et les lire... On aura certainement l'occasion d'échanger sur nos lectures
respectives !