"La tête en friche" de Marie-Sabine Roger

Publié le par Flora

L'autre jour, j'errais chez ma librairie fétiche, à la recherche d'un livre qui m'aurait tendu les bras... Plusieurs titres me tentaient mais j'hésitais... Devrais-je acquérir le dernier Le Clézio, "Ritournelle de la faim" ? ou me décider plutôt pour "Les déferlantes" de Claudie Gallay (faute de l'avoir trouvé cet été, mon envie de le découvrir est passée...) ? Et pourquoi pas le dernier Duteurtre, "les pieds dans l'eau" ? (depuis que j'ai passé une semaine de vacances à Etretat, j'ai envie de relire Maupassant, de découvrir Arsène Lupin... c'est grave docteur ?).

Bref, j'errais comme une âme en peine, en lisant tout de même les petites  fiches confectionnées par les libraires ici et là. Soudain, je tombe sur ce livre, "la tête en friche", dont la couverture a plutôt de quoi attirer l'oeil ! 

Et je découvre la quatrième de couverture, plutôt engageante même si je trouve sur le coup que cela ressemble à un coup "marketing" :

"Ce qu'ils mettent au dos des romans, je vais vous dire, c'est à se demander si c'est vraiment écrit pour vous donner l'envie. En tout cas, c'est sûr, c'est pas fait pour les gens comme moi. Que des mots à coucher dehors - inéluctable, quête fertile, admirable concision, roman polyphonique... - et pas un seul bouquin où je trouve écrit simplement : c'est une histoire qui parle d'aventures ou d'amour - ou d'Indiens. Et point barre, c'est tout. " (p. 183)

"La tête en friche", c'est la rencontre entre Germain,un homme plutôt privé d'amour dans sa jeunesse, et Margueritte, une vieille dame  sans famille. Les deux vont  se découvrir et Germain s'épanouir au contact de la vieille  dame.   

Germain a grandi sans vraiment d'aide :
"Quand on n'est pas éduqué, comme moi, vous ne pouvez pas savoir comme c'est compliqué la lecture. On lit un mot, c'est bon, on le comprend et le suivant aussi, et le troisième, avec un peu de chance.  On continue, du bout du doigt, huit, neuf, dix, douze, comme ça jusqu'au point. Mais quand on y est, on est bien avancé ! Parce qu'on a beau vouloir tout assembler, pas moyen, les mots restent en vrac, comme une poignée de boulons et d'écrous jetés dans une boîte. Les gens qui savent, c'est facile, pour eux. Ils se contentent de visser ce qu'il faut là où il faut. Quinze mots ou vingt mots, ça ne leur fait pas peur, ça s'appelle une phrase. Pour moi, pendant longtemps,  c'était bien autre chose. Je savais lire, ça bien sûr, puisque je connaissais mes lettres. Le problème, c'était le sens. Un livre, c'était un piège à rat pour ma fierté, un putain d'objet hypocrite, qui paraissait innofensif, à voir comme ça.  
De l'encre et du papier, la belle affaire !  Un mur, oui. Un mur, oui. Un mur, à s'y casser la tête."  (p.54)

Ce que j'ai aimé, c'est écouter comme Germain les lectures de Margueritte :  "la peste" de Camus, "la promesse de l'aube" de Romain Gary, "le vieux qui lisait des romans d'amour" de Sépulveda...
  
Drôle de livre, drôle de rencontre, drôle de vie parfois ! intéressant, émouvant aussi, jamais larmoyant. Tant mieux !  

"La tête en friche
", Marie-Sabine Roger, éditions du Rouergue, collection la brune, 217 p., 16.50 €

Publié dans L'attrape-livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas 14/07/2009 20:24

Oui on oublie un peu, mais c'est le genre du roman qui le veut. Ce livre n'a pas pour ambition de marquer, seulement de distraire, et ça marche.

Flora 15/07/2009 19:58


je suis d'accord avec toi, ce roman a déjà une grande faculté, celle de distraire. Mais après coup, personnellement, je reste déçue et sur ma faim, parce que justement il ne fait que distraire et
cela ne m'a pas "nourrie" davantage...


Nicolas 29/06/2009 16:37

Beaucoup de charme, ce roman. C'est fluide, drôle, léger... on passe un très bon roman. Evidemment, ce n'est pas non plus inoubliable, mais ce n'est pas l'ambition du roman.

Flora 14/07/2009 18:45



Effectivement c'est un bon moment de lecture mais après coup on oublie un peu, non ?



Yv 12/01/2009 16:25

Bien, mais sans plus à cause du style de l'auteure qui abuse de métaphores et me gâche mon plaisir

Flora 14/01/2009 22:47


Oui moi aussi le style de l'auteur m'a parfois gênée... bien mais pas le livre de l'année...


Leiloona 23/11/2008 20:07

Un de mes coups de cœur de cette rentrée ! :)

Flora 23/11/2008 21:02


Pour moi une belle découverte mais pas un coup de coeur...


christophe fétat 22/11/2008 00:16

J'aime beaucoup cet extrait qui présente la rencontre avec le livre comme difficile voire douloureuse.
Car oui parfois lire est un parcours semé d'embûches.
Car oui lire peut provoquer tellement de bouleversements dans notre façon d'appréhender le monde que cela en fait mal à notre narcissisme.
Est-ce bien ou mal ? C'est ainsi et sans doute tant mieux !

Flora 23/11/2008 20:32


Au début Germain appréhende difficilement le livre et puis cette vieille dame l'initie aux joies de la lecture... Cf la scène où Germain se rend pour la première fois à la bibliothèque :
épique !!!