Les cheminements poétiques de Pierre Silvain dans "Julien Letrouvé colporteur"

Publié le par Flora

Beau récit qui a pour cadre la fin du 18e siècle. On chemine, sans trop savoir dans quelle direction, aux côtés d'un jeune homme, colporteur, Julien Letrouvé, dont on apprendra au fil des pages qu'il est un enfant "trouvé",  élevé par une communauté de femmes... Analphabète, il nourrit néammoins une grande dévotion pour les livres :  

"Les lettres vivaient, leur déchiffrement lui en demeurait interdit, mais il en recevait une sorte d'injonction à accomplir le destin auquel il était appelé. Il avait su à cet instant que comme le vieux Matthias il serait colporteur. Il quitterait le hameau, et comme lui courrait sans repos les chemins avec une boîte." 

On chemine à ses côtés, tout contre lui, enfant, dans l'écreigne* où les femmes se réunissent pour filer la laine et écouter les histoires que leur lisent l'une d'entre elle, une ogresse dévoreuse de livres. Il grandit et part s'approvisionner en livres, à Troyes, chez le libraire et imprimeur Garnier. Sur sa route, bientôt,  il va croiser un déserteur de l'armée prussienne, qui deviendra son ami...

J'ai bien aimé ce livre, dans lequel l'auteur accorde une grande importance à la nature, à l'enfance, aux mots qui nous alimentent... Différentes thématiques se croisent et se téléscopent  : le colportage, la guerre et ses désolations, la France juste avant la révolution, la douceur de certains souvenirs... Parfois, le récit est un peu déroutant. A l'instar du personnage principal, on chemine sans connaître le bout du chemin.

Mais les chemins qu'empruntent Pierre Sylvain sont intéressants pour qui souhaite s'y aventurer...

Liens : 
éditions Verdier (résumé + nombreuses critiques du livre toutes plus belles les une que les autres
encres vagabondes
Terres de femmes

*écreigne : j'ai cherché la définition de ce mot... dans mon petit robert chéri mais sans succès. Peu importe, Pierre Silvain utilise ce mot  pour évoquer une sorte de cave sous terre, des troglodytes...

Publié dans L'attrape-livres

Commenter cet article

Angèle Paoli 01/06/2008 00:09

E pur...

florinette 29/05/2008 18:23

Je ne pense pas que ce livre me plaira...
Bonne soirée Flora !

Flora 29/05/2008 21:18


baon tant pis... j'aurais essayé !


sylire 28/05/2008 18:54

Moi je n'ai pas accroché du tout ! J'ai abandonné parce que je m'ennuyais. Mais je reconnais que l'écriture est très belle.

Flora 28/05/2008 21:09


Il ya peu de choses finalement sur lesquelles on peut se "raccrocher" dans ce livre, peu de sentiments, peu de sensations, mais comme il y en a peu, elles sont d'autant plus intenses !
mais je reconnais qu'il faut un peu "s'accrocher" pour parvenir au bout... j'ai eu la sensation de suivre un chemin d'écriture particulier, différent, austère parfois. 


Yv 28/05/2008 18:20

J'ai beaucoup aimé ce livre et l'histoire de Julien Letrouvé, mais il m'a manqué un petit je ne sais quoi pour rendre ce bouquin excellent. Je n'avais pas cette hâte de retrouver Julien (sans jeu de mots) lorsque je l'avais quitté la veille. Néanmoins, je garde un très bon souvenir de ce livre et surtout de la très belle écriture de Pierre Sylvain.

Flora 28/05/2008 21:06


Moi aussi j'ai la même sensation, un petit quelques chose qui manque... mais c'est quand même bon... Si je fais le point sur tous les livres, pour l'instant je n'ai pas été déçue du tout
!