Rencontre avec Virginie Ollagnier pour son livre "Toutes ces vies qu'on abandonne"

Publié le par Flora

Vendredi soir dernier, je me suis rendue à la bibliothèque des Trois mâts d'Angers pour une rencontre avec l'auteur de "Toutes ces vies qu'on abandonne", Virginie Ollagnier. Pleine de charme et d'humour, Virginie Ollagnier a évoqué ce qui l'a amené à écrire, ses relations avec son éditrice, Liana Levi, sa dyslexie et beaucoup d'autres choses encore... Et cela m'a permis de remettre son roman en "perspectives". C'est la première fois que je rencontrais un auteur dont j'ai lu et apprécié le livre. J'avoue que c'est un peu grisant car on a l'impression de pénétrer dans l'antre de la création (un peu !).  Et comme Virginie Ollagnier n'est pas avare de confidences, ce fut un régal. 

J'ai pris quelques notes pendant cette discussion, les voici : 

- Virginie Ollagnier  a eu besoin de beaucoup se documenter pour ce livre, tellement elle avait "peur" de faire des "fautes" historiques et aussi peur des foudres de la profession médicale...  Cela l'a aidé à construire un cadre précis, historiquement...
- son écriture s'inspire des auteurs du 19e siècle... d'où ce côté un peu lourd, emphatique...
- Son personnage "Claire" est féministe mais sans que cela se voit (sans le poing levé...).
- ses grand-mères ont beaucoup inspiré Virginie Ollagnier, qui souhaitait que leur "force de vie" rejaillisse dans son roman...
- Elle a évoqué son deuxième roman en cours d'écriture : "l'Incertain" : l'histoire d'un homme qui, à l'enterrement d'une de ses ex-maîtresses, de vingt ans son aînée, prend conscience qu'il n'est toujours pas un adulte...   
- le personnage de Pierre : elle le qualifie de "sexy" ! (Je confirme !) et elle ajoute que beaucoup de lecteurs (et lectrices) ont été frustrés de la fin... mais elle revendique cette frustration et évoque Hitchcock...
- Virginie Ollagnier est une "angoissée de lecture" : il lui faut 2-3 livres d'avance ! dont des BD puisque son amoureux est dessinateur de BD... Elle a d'ailleurs signé "
Kia Ora" (tome 1 et 2) avec lui...
- j'ai évoqué le fait que j'avais adoré les passages en italiques, qui correspondent aux monologues de Pierre... Virginie Ollagnier précise qu'elle a voulu éviter de rendre Claire et ses collègues "ridicules" voire "imbéciles" à partir du moment où ils en savent moins que le lecteur sur ce personnage...
- Elle a aussi évoqué le fait qu'écrire sur une guerre, c'était physique éprouvant.
- Deux rythmes coexistent dans ce récit : celui de Pierre, avec sa respiration haute et celui de Claire, qui vient en soutien, respiration plus profonde, basse... Les deux se rejoignent pour aboutir à une histoire d'amour simple, mais narcissique... L'éditrice Liana Levi a quasiment imposé l'épilogue...
- Virginie Ollagnier a également évoqué la difficulté d'écrire, ainsi que le capharnaüm existant dans la tête des écrivains... 
Deux choses m'ont un peu perturbée lors de cette rencontre... 
- Ma voisine, dont je n'ai pu deviner le titre de la BD qu'elle avait sur ses genoux (cf photo)... Pourriez-vous m'aider ?  


- une hirondelle dont le nid me faisait de l'oeil ! malheureusement, je n'ai pas fait de photos... 

 


Mon compte-rendu de "toutes ces vies qu'on abandonne" : ici

Quelques liens :  
lycée  polyvalent de Louhans
cité scolaire Pierre Larousse Toucy
Zone littéraire

 

Publié dans L'attrape-auteurs

Commenter cet article

virginie ollagnier 23/06/2008 10:45

Chère Flora la BD sur les genoux de votre voisine c'est Coupures Irlandaises (Kris au scénar et Bailly à l'image éd: Futuropolis). Une BD incontournable!
Encore toutes mes amitiés et merci pour votre compte rendu dont on vient de me transmettre le lien. Virginie

Flora 24/06/2008 19:23


Bon, il va falloir que je me procure ces "coupures irlandaises" au plus vite ! Merci de cette précision Virginie, j'attends votre prochain roman avec impatience !


sylire 19/05/2008 21:51

Je n'ai pas vu Bordage non plus :(
Il n'a pas fait le déplacement vers la Bretagne, trop loin sans doute !

Flora 19/05/2008 22:59


et pourtant je crois qu'il réside près de Nantes ! et Nantes c'est quasiment la Bretagne, non ?


florinette 19/05/2008 17:11

Merci beaucoup pour ce compte rendu Flora, maintenant il va vraiment falloir que je lise ce livre !! :-))

Flora 19/05/2008 21:43



Je n'ai pas pu - évidemment !- tout retranscrire de ces échanges... mais ils m'ont permis de mieux comprendre le livre, les intentions de l'auteur... et en même temps de rencontrer une
femme drôle, charmante, et "sans la grosse tête"...



Sylire 18/05/2008 13:43

Merci pour ce compte-rendu Flora. Virginie Ollagnier n'est pas venue dans ma région pour présenter son livre mais j'aurais bien aimé l'entendre.

Flora 18/05/2008 21:37


oui je n'ai pas regretté ce déplacement... j'aurais adoré aussi rencontrer Pierre Bordage qui est venu à Angers mais j'ai lu son livre juste après sa venue, un peu par hasard... J'aurais eu
des questions à lui poser... mais tant pis... ce sera peut-être pour une autre fois...