Des jours parfaits, un roman d'Annie Lemoine

Publié le par Flora

Des jours parfaits, un roman d'Annie Lemoine

Des jours parfaits est un roman d’amour bien écrit, vite parcouru, mais qui ne me laisse pas un souvenir vif. J'aurais aimé davantage de nervosité, de suspense et de passion dans l'écriture.

L’histoire est plutôt classique : une femme, Ninon, rencontre par hasard un sicilien, Niccolo, et en tombe éperdument amoureuse. Une belle histoire d'amour débute mais Niccolo est marié. Ce bel italien, volcanologue, navigue entre sa femme, qui ignore tout, et Ninon l’amante française qui l'attend patiemment les fins de semaine. Cette situation aurait pu durer longtemps or, un jour, Niccolo demande à Ninon une faveur, irrévocable, celle de ne plus le voir...

Plusieurs narrations s'entremêlent et se chevauchent : le « cahier rouge », sorte de journal intime de Ninon, les lettres de Niccolo, et la jeune narratrice qui explore ces textes avec curiosité et avidité (il s'agit en fait de la fille de Ninon) : « Depuis le jour où j'ai découvert ces lignes écrites de la main de ma mère dans le tiroir de sa table de chevet, sous un passeport périmé et un collier de perles ayant appartenu à sa propre mère, elles ne me quittent plus ». Pour elle, ces papiers sont d'autant plus importants que sa mère vient de mourir. En parcourant les écrits de sa mère, puis de Niccolo, elle parvient à recoller les morceaux de leur relation. Et surtout à percer le mystère de ses origines...

Rien de très novateur dans ce roman de facture très classique, mais une écriture très délicate, qui explore les douleurs de la séparation, tout comme les affres de la passion :

« Il faut savoir bien vivre avec les histoires d'amour tombées au champ de bataille. Celles qui ne se sont pas déroulées comme on l'avait voulu. En accepter la forme, la durée jusqu'à la fin souvent cruelle. Dans les allées fleuries du cimetière des amours mortes où ma gorge se noue toutes les fois qu'une chanson italienne m'y ramène par surprise, j'éprouve une vibrante reconnaissance pour la vie elle-même qui nous a offert ces moments simples, ces nuits de feu, et, vois-tu, Sicilien, je ne manque jamais de la remercier.

Puisse les amours qui viennent plonger leurs racines dans celles qui les ont précédées afin qu'elles n'aient pas été vécues pour rien. Afin qu'elles vivent encore. »

Une écriture délicate mais qui ne m'a pas convaincue au final. Un texte charmeur mais sans réel intérêt et surtout qui ne me reste pas en mémoire. Dommage !

Des jours parfaits, Annie Lemoine, Flammarion, 187 pages

Commenter cet article