Ce sera ma vie parfaite : un roman imparfait

Publié le par Flora

J'avais beaucoup aimé les Insomniaques de Camille de Villeneuve, superbe premier roman maîtrisé et j'attendais le suivant avec impatience mais ce second roman m'a déplu. Dommage, moi qui était pleine d'entrain en le commençant.

Ce sera ma vie parfaite est un roman qui revient sur ce que fut la vie d'un vieil homme, l'aristocrate Victor des Ulmières, qui sent sa mort proche. Toute sa vie va défiler, entre souvenirs heureux ou malheureux.

L'auteur juxtapose des bribes de vie de son personnage, entre souvenirs d'enfance et évènements plus récents. Elle laisse la parole au narrateur Victor qui soliloque sans discontinuer, nous présentant Félicie, sa bonne, sa famille, notamment Vivien, son frère haï et ses amis.

Le roman n'a pas de logique propre si ce n'est les détours de mémoire de Victor, lacunaires et ne suivant pas un fil chronologique. Seul un fil court tout au long du roman : la menace constituée par Serge, le fils de sa maîtresse, longtemps choyé mais qui se rebelle contre son protecteur. Victor voulait qu'il soit son héritier, lui qui n'avait pas eu d'enfants. Serge rôde autour du château de Victor, ombre désespérée et violente :

« En quelques mois, Serge a acquis une force physique que je n'aurais pas soupçonnée. Il rejette tout ce que je désirais pour lui, le raffinement intellectuel, la vie contemplative de l'écrivain, la fragilité de l'homme d'esprit. Oui, j'aurais aimé qu'il fût écrivain puisque j'avais été trop paresseux pour l'être. »

Dommage que ce fil ne soit pas davantage mis en valeur ou que Serge n'apparaisse pas comme un personnage fort dans le texte, pour au moins rivaliser avec Victor, omniprésent. Parce que ce Victor, difficile de s'y attacher. Il entretient des artistes, une bande de jeunes qui squattent son château, et s'en amuse à moins que ce ne soit l'inverse. Pire : il récupère des photos que son frère agonisant a réalisé, lors d'un conflit où ils se trouvaient tous les deux. L'une des photos aidera d'ailleurs Victor à remporter le prix Pulitzer :

« Cette photo, je l'ai dans une pièce de mon château. Je l'admire mais la cache dans un tiroir dont j'ai la clé, comme Barbe-Bleue. Dans cette pièce j'ai rangé tous mes souvenirs de Vivien, des soldats de plomb, un microscope, une minitable d'opération, un sac de scout en cuir avec gamelle, boussole, couverts, cartes géographiques d'Asie et d'Afrique, des livres d'histoire. Et toute ma haine de Vivien. »

En relisant l'ouvrage, je me dis que la plupart des passages sont intéressants, mais qu'il manque des liens entre eux pour en faire un ensemble cohérent et c'est ce qui plombe la lecture, rendant le roman difficile à lire. Dommage car Camille de Villeneuve écrit fort bien et a un réel talent d'écriture, talent qu'elle ne maîtrise pas tout à fait ici, se laissant déborder par le flot d'anecdotes qui s'accumulent autour de Victor.

Ce sera ma vie parfaite de Camille de Villeneuve, éditions Philippe Rey, 234 pages, 17 €

PS : comme pour Triburbia, j'ai beaucoup aimé parcourir ce livre, la couverture est soignée, le papier est très agréable à feuilleter, bref un très bel objet en tant que tel ! Encore une fois, je remercie vivement les éditions Philippe Rey pour l'envoi de ce roman.

Chronique aussi publiée (bientôt) dans sur le blog collectif des 8 plumes: http://blogs.lexpress.fr/les-8-plumes/

et avec cette chronique, je continue le challenge 1% de la rentrée littéraire, celui de Sophie Hérisson http://delivrer-des-livres.fr/challenge-1-rentree-litteraire-2013

Ce sera ma vie parfaite : un roman imparfaitCe sera ma vie parfaite : un roman imparfait

Commenter cet article