Un road-movie décapant et troublant : la vie très privée de Mr Sim

Publié le par Flora

Un road-movie décapant et troublant, voilà comment je résumerais ce roman de Jonathan Coe, le premier que je lis de lui (oserais-je dire qu'avant cette lecture, cet auteur était un parfait inconnu ?). 

Décapant, parce qu'il égratigne sévèrement notre superbe société de communication, où les moyens pour relier les gens entre eux n'ont jamais été aussi nombreux, au détriment de leur efficacité réelle.      

Troublant, parce que j'ai souvent été impressionnée par la vie très privée de Mr Sim et la tournure que certains évènements produisent sur lui. En effet, Maxwell Sim, le personnage principal du livre, va affronter l'espace de quelques mois des évènements plutôt marquants sinon extraordinaires.

Et pourtant, au départ, c'est un homme banal qui est présenté, plutôt représentatif de la modernité occidentale : à quarante-huit ans, sa femme vient de le quitter, sa fille l'ignore, son travail est plutôt inintéressant - il s'occupe du service après vente d'un grand magasin- et pour ne rien arranger, il s'extirpe difficilement d'une dépression...

Bref au début du roman, on se demande bien ce qui peut lui arriver de pire. L'auteur se moque même du lecteur qui ose s'intéresser à ce quidam, en lui demandant, de façon abrupte, quelques pages à peine après le début du roman : « Vous avez toujours envie de lire les quatre cents pages qui suivent ? ». Des interventions comme celles-ci, l'auteur en parsème quelques unes tout au long de son livre, histoire d'introduire un peu de distance avec ce personnage et par là même de l'interroger sur sa technique narrative (du grand art !). 

Comme souvent lorsque j'aime un livre (si je le déteste ce sera d'ailleurs la même règle), je préfère ne pas dévoiler l'intrigue du livre. J'aime être en terrain inconnu. Même si sur la fin quelques ficelles apparaissent, globalement, chapeau ! J'ai été chamboulée par ce roman qui désarçonne quelque peu. A travers ce « loser », comme le qualifie la quatrième de couverture, Jonathan Coe dissèque notre société et révèle ses manquements, ses failles. Mais cette satire féroce se fait avec un humour et une ironie constante, ce qui rend la pilule nettement moins dure à avaler !

J'ai adoré lire, tout à côté de Max, les textes qu'il exhume, ahuri et furieux, et qui vont le révéler, petit à petit. D'ailleurs, ce n'est qu'à la fin que je découvre que Jonathan Coe relie ces textes divers (lettre, essai personnel, nouvelle...) aux quatre éléments : l'eau, la terre, le feu et l'air. Ne pas oublier non plus que ces textes, au nombre de quatre, sont dues, (dans l'ordre) à l'amitié naissante (quoique légèrement entremetteuse), à la ruse, au hasard, et enfin à une certaine volonté. Il y aurait encore beaucoup de choses à dire à propos de ce roman, riche à tout point de vues.

Un petit bémol cependant, l'écriture, parfois plate et sans relief. Mais pour le reste, cette vie très privée de Mr Sim ne m'a pas laissée indifférente, loin de là, je dirais même qu'elle m'a touché profondément. Merci, Mr Jonathan Coe.

 

La vie très privée de Mr Sim - Jonathan Coe, traduit de l'anglais par Josée Kamoun, Gallimard, 448 pages, 22 € 

Publié dans L'attrape-livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

girard 28/03/2011 19:22


Je viens juste de le finir et je partage l'analyse de Flora
Au " Masque et la plume" du 13Mars tous ont démoli ce livre que j'ai attaqué le lendemain, et tout en lisant, je m'interrogeais si j'étais tout à fait normal tant je prenais du plaisir au fil des
pages, par contre, il ont encencé la fin qui m'a plutôt laissé sur la mienne de faim. C'est très original , on ne nous l'avait jamais faite celle-là mais j'aurai préfére autre chose. A part ça, une
technique d'écriture délicieuse et d'une facilité déconcertante. Chez Busnel, c'était plus positif et F B a posé la question essentielle: Racine carrée de -1? Si un matheux pouvait répondre?


Joelle 08/02/2011 09:10


Il me tente beaucoup ce livre ... et ça ne s'est pas arrangé depuis que j'ai vu l'auteur invité à La grande librairie la semaine dernière ;)


Flora 08/02/2011 21:04



mince, je l'ai raté... je vais essayer de revoir l'émission sur internet...