La rigole du diable - Sylvie Granotier

Publié le par Flora

La rigole du diable, c'est un gros pavé avec le bandeau "spécial suspense" en rouge. Voilà, on est prévenu. En quatrième de couverture, la photo de l'auteur, au regard noir... Bigre ! Est-ce que je vais ressortir indemne de cette expérience (moi qui ne lit que très peu de polars...) ? Et oui, finalement je suis parvenue au bout de cette lecture, plutôt agréable, même si ce bouquin ne me laissera pas un souvenir impérissable. 

 

Dans la rigole du diable, on suit deux intrigues parallèles. D'abord, une histoire d'empoisonnement en Creuse. Puis une jeune femme en quête de sa mère, morte assassinée lorsqu'elle était enfant. Sylvie Granotier relie ces deux intrigues et les entremêle habilement, passant de l'une à l'autre sans faillir à sa mission : nous tenir en haleine, même si parfois, j'ai eu l'impression que le suspense était un prétexte pour se promener sur d'autres terrains, notamment psychologiques, entre Paris et la Creuse.

 

 

Le style de Sylvie Granotier est vif et nerveux, donnant du rythme au récit. Un mot bien choisi, une réplique sans appel et nous voilà embarqués dans l'histoire. L'auteur déploie de petits trésors de détails, ajoutant un personnage ici, approfondissant un décor là. L'orpheline, Catherine Monsigny, est une jeune (et belle) avocate, inexpérimentée et libre. D'ailleurs, au début, je l'ai trouvé un peu trop libre, un peu trop belle, une sorte de caricature de la femme indépendante et ambitieuse, à la fois financièrement et sexuellement. Et parfois, l'auteur force un peu le trait avec cette figure féminine, notamment dans sa relation avec Cédric (personnage au potentiel intéressant mais malheureusement creux)

 

J'ai bien aimé cotoyer Catherine dans son quotidien d'avocate, suivre ses hésitations, sa relation avec Myriam, sa cliente soupçonnée d'empoisonnement... Un des intérêts du livre pour moi fut de participer de mon lieu de lecture à un procès en cour d'assises ! Autre intérêt, et pas des moindres, suivre la relation de Catherine avec son père, faite de non-dits et d'exaspérations. Tout au long du livre, nous enquêtons aux côtés de Catherine sur cette mère disparue, forcément mystérieuse. Et la clé nous sera livrée en douceur, de façon surprenante mais sans violence. Avant cela, j'ai regretté (parce que je me suis plu à l'imaginer, preuve que le final n'est pas si évident que cela, surtout pour une néophyte comme moi) que les deux intrigues ne se résolvent l'une dans l'autre, ce qui aurait pu être assez original (mais certainement un peu compliqué !). Au final, un bon roman, qui ne se lit pas d'une traite, car il lézarde pas mal en chemin, mais l'ensemble reste plaisant.  

 

 

La rigole du diable - Sylvie Granotier, Albin Michel, 354 pages, 19,50 €

Publié dans L'attrape-livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yv 15/02/2011 14:19


Mais comment as-tu fait ? J'ai trouvé l'écriture fade et sans odeur et je pourrais accoler les mêmes adjectifs aux personnages. Franchement, rien de bon pour m'attirer et me garder éveillé dans ce
livre. Très vite commencé, très vite abandonné et très très vite oublié.


Flora 19/02/2011 22:03



Je me suis prise au jeu, peut-être en m'identifiant un petit peu au personnage principal (pourtant bien éloigné de mes préocupations), et même au début j'ai vraiment bien accroché, par contre le
milieu du roman est moins réussi. C'est vrai que maintenant j'aurais tendance à l'oublier un peu... J'attends la deuxième livraison avec impatience...



Joelle 14/02/2011 09:29


J'aime bien les polars mais celui-ci me tente assez peu car je n'accroche pas toujours avec les personnages ayant le métier d'avocat !


Flora 19/02/2011 21:56



Et pourtant, c'est  ce  qui m'a plu dans ce polar, approcher les tracas et grandeurs du métier d'avocat...