La belle image, une BD de Cyril Bonin, d'après le roman de Marcel Aymé

Publié le par Flora

 

Quand j'ai vu "d'après le roman de Marcel Aymé" sur la page de couverture, je me suis dit que cette bande dessinée risquait de me plaire. Quand j'ai lu le texte que le dessinateur insère avant d'entrer dans le vif du sujet, cela m'a renforcé dans mon choix : "lorsque j'ai découvert ce roman de Marcel Aymé, j'eus le sentiment d'une rencontre". Cela m'a tout de suite touchée car il y a de cela bien longtemps, j'eus également un gros coup de cœur pour ce même auteur, en lisant son roman les Tiroirs de l'inconnu (mais j'en reparlerai une autre fois). Cyril Bonin a donc adapté un autre roman de Marcel Aymé, la Belle image, publié en 1941 et moins connu qu'Uranus ou le recueil de nouvelles le Passe-muraille.

 

Raoul Cérusier, courtier en publicité, découvre avec stupéfaction qu'il a changé de visage. D'une apparence quelconque, il devient séduisant. Ce changement extraordinaire, loin d'être une bénédiction, se révèle un casse tête. Sa vie bascule : il ne peut rentrer chez lui, sa femme ne pourrait le reconnaître. De la même façon, se rendre à son travail est impossible, sa secrétaire ne pourrait le croire. Comment se sortir de cette impasse ?

 

Évidemment, tous les thèmes de prédilection de Marcel Aymé sont présents : l'irruption du fantastique dans le quotidien, l'amour et ses leurres, la sincérité dans les relations humaines...

 

L'histoire est racontée avec brio. On ressent très bien l'angoisse du personnage, qui hésite entre une nouvelle vie qui s'offre à lui, et la reconquête de tout ce qui fut son passé, en commençant par la décision de séduire sa femme, qui pense tromper son mari...

 

"C'est curieux, mais il y a comme un désaccord entre votre apparence et votre manière d'être. Il me semble qu'avec un visage comme le vôtre, vous devriez être plus sûr de vous."

 

Par contre, j'ai moins aimé le graphisme, qui loin d'être mauvais, ne m'a pas séduite. J'ai peu apprécié le choix des couleurs, toujours à peu près les mêmes, vert d'eau, ocre et marron, un peu comme sur la couverture. Dommage car sinon j'ai trouvé l'album intéressant. Je vais essayer de lire d'autres opus de Cyril Bonin, notamment son petit dernier, l'Homme qui n'existait pas (encore une histoire de perte d'identité ?) pour réviser mon jugement peut-être hâtif.

 

Pour ceux que cette BD tente, je vous incite à consulter les premières pages sur le site de Futuropolis : ici ainsi qu'un petit film de présentation, qui permet de saisir l'ambiance de l'album. Vous pouvez également visiter leblog de Cyril Bonin.

 

La Belle image, de Cyril Bonin, d'après le roman de Marcel Aymé, Futuropolis, 16 €

 

Publié dans L'attrape-album

Commenter cet article

Joelle 25/04/2012 10:46

La couverture m'attire bien et les couleurs aussi ... je préfère ça à des couleurs plus "agressives" ;) Par contre, je suis moins sûre d'accrocher à l'histoire ... je ne garde pas de grands
souvenirs de Marcel Aymé, hormis Le passe-muraille (qui vient justement d'être lui aussi adapté en BD !)