L'écologie en bas de chez moi - Iegor Gran

Publié le par Flora

Pour moi qui suis plutôt en quête de durable (1), qui achète de plus en plus bio (2) et effectue plutôt consciencieusement le tri de mes déchets (3), l'écologie en bas de chez moi a de quoi énerver (4) ! 

Le point de départ de l'auteur : fustiger le discours unique autour de l'écologie, et notamment le développement durable, thème ô combien dans l'air du temps ! Mais tout d'abord, ce qui surprend avec ce livre, c'est le mélange des genres : sous-titré récit, ce texte s'apparente à l'essai. On remarque aussi que l'auteur polémique sans cesse, tout en se mettant en scène à travers l'auto-fiction (5). Cela a tout pour être bancal mais l'ensemble tient bien la route, car son écriture est si ironique et mordante qu'elle frappe juste et nous amuse constamment.

 

LEcologie_en_bas_de_chez_moi.jpg

Le point de départ ? Une petite annonce dans le hall d'immeuble de l'auteur : une écriture anonyme incitant à regarder le film Home de Yann-Artus Bertrand (6). A partir de là, l'auteur décortique sans prendre de pincettes les discours des uns et des autres sur le développement durable. Il constate, non sans fondement, l'espèce de religion qui s'est imposée autour. Il souligne, non sans raison, l'opportunisme commercial qui s'est emparé de la manne écologique. Intéressant de lire une vision contraire à celle que l'on nous sert tous les jours ! Passionant de creuser un peu des choses qui auparavant paraissaient aller de soi. Iegor Gran a l'oeil à tout : les dépliants publicitaires, les interviews de vedettes dans les magazines, l'accueil dans les bibliothèques, le compte-rendu d'une mairie... Et l'art de débusquer des pépites : l'entreprise de pompes funèbres qui loue le caractère durable de ses cercueils, le supermarché qui incite à acheter responsable... Evidemment, les exemples d'aberrations durables pullulent autour de nous et Iegor Gran se fait un malin plaisir à les glaner pour mieux les démonter. Parce que évidemment, et moi la première, on a du mal à distinguer le vrai du faux, le grotesque de l'énorme, tellement on est habitué à gober tout ce qu'on entend. Un livre à l'humour noir qui donne à réfléchir vert, durablement !

" Dans quel siècle vit-on pour donner à la littérature un crédit aussi disproportionné ? Littérature - amuse-gueule des foules, oui, strapontin du cinéma, sûrement, ameublement des longues heures en TGV, mais pas au-delà, soyons sérieux."   

 

(1) Un exemple parmi d'autre mais très significatif : depuis quelques mois, j'ai décidé de me colorer les cheveux avec des produits naturels et pour cela, j'ai dû effectuer une série de 10 masques "détoxinants" : une sorte de rituel de purification. J'imagine que cette démarche n'aurait pas échappé à l'ironie de Iegor Gran...

(2) Si les colorations naturelles des cheveux peuvent paraître superflues et futiles, bien s'alimenter devient un sujet de plus en plus primordial. Manger bio ? Manger de la viande ? D'où proviennent les fruits et légumes que j'achète ? Force est de constater que ces sujets monopolisent l'actualité et ne calment pas notre faim de vérité...     

(3) Une chose que je ne tolère pas : que certaines personnes jettent le verre avec les déchets ménagers, idem avec le carton, idem avec le plastique... J'aurais pu être un personnage du livre ! cf chapitre 18, pages 152 et suivantes...

(4) Enerver mais aussi susciter la curiosité, ou encore m'interroger sur mes pratiques de consommatrice durable...

(5)"cette ficelle où je me complais en ce moment" (page 139) : le chapitre 19 voit d'ailleurs l'auteur s'interroger sur ce genre littéraire, pour lui utile "car quand l'écrivain fabrique ses livres avec des bribes de sa vie insignifiante, il recycle" (page 139).

(6) Malgré le battage médiatique, je dois être aveugle et sourde puisque je ne l'ai pas vu...

L'écologie en bas de chez moi, Iegor Gran, POL, 188 pages, 15,5 €

Publié dans L'attrape-livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fransoaz 09/08/2011 22:42


Séduite par les billets de ci de là... J'ai commencé la lecture ce mois-ci mais je n'irai pas jusqu'à la fin je suis très agacée par cette mauvaise foi même si je ne suis pas la dernière à rire de
mon comportement "durable"...


Flora 12/09/2011 21:24



Un livre qui interroge là encore nos pratiques et surtout cette espèce de nouvelle religion qu'est devenue le développement durable. 



Caroline 13/05/2011 21:51


J'ai entendu l'auteur à la radio sur France Inter, son propos et son cynisme m'avaient interpellé tout de suite...
Ton billet me donne encore plus envie de le lire, d'autant plus que tout comme lui je reste souvent perplexe face à cette nouvelle morale qui nous est insidieusement serinée à longueur de temps...


Flora 15/05/2011 11:05



J'attends ton avis sur ce livre, , personnellement j'ai apprécié le fait que l'auteur nous interpelle tout au long de son livre pour réfléchir sur le développement durable. Beaucoup d'humour
aussi, parfois excessif...



Joelle 26/04/2011 16:14


Je l'avais noté car la façon dont l'auteur parle de l'écologie m'interpèle (et puis, je déteste Yann A-B alors ça m'avait amusée de trouver un roman qui lui cassait un peu du sucre sur le dos ! mdr
!). Mais quand je l'ai feuilleté en librairie, hou la, ça m'a paru pas facile à lire alors j'attendrai de le trouver à la biblio :)


Yv 25/04/2011 14:42


J'aime bien l'idée de départ, l'humour du début qui s'étiole au fur et à mesure que l'auteur devient sérieux et qu'il croit à ce qu'il dit. Trop à sens unique pour que ce soit vraiment intéressant,
et pourtant, de la mauvaise foi, je sais en avoir moi aussi.