Enfant 44 de Tom Rob Smith

Publié le par Flora

prixdeslectricesELLEDeuxième document, catégorie policier, reçu dans le cadre du grand prix des lectrices de Elle, Enfant 44 de Tom Rob Smith. Voici mon analyse :

Pour son premier roman, l’anglais Tom Rob Smith a choisi pour cadre la Russie de Staline, une période noire où la délation, le mensonge et la mort sont aux premières loges. 

 

Léo, milicien plein d'avenir du MGB (ancêtre du KGB) est chargé par son parti d'étouffer un meurtre d'enfant. Peu à peu, tenaillé par le doute, il décide de mener l'enquête envers et contre tous, aidé en cela par sa femme Raïssa... Ce roman a le grand mérite de nous faire partager le difficile quotidien des russes sous le règne oppressant de Staline, où chacun doit échapper à la suspicion générale, honorer hypocritement les dignitaires du parti, faire montre d'un patriotisme sans faille pour ne pas finir torturé ou pire exécuté, et cela, en toute impunité. Etre soupçonné, c'est de toute façon être coupable, sans autre forme de procès. 

 
Le début du roman est un peu déroutant et énigmatique, puisque les chapitres s’enchaînent et présentent des personnages et des époques différentes, sans liens apparents entre eux. Puis, tout s'installe, même si le dénouement est encore loin ! Le lecteur rassemblera les pièces du puzzle progressivement. L'auteur se plait à surprendre le lecteur par des figures ambivalentes : Léo, en milicien un peu trop zélé, qui va finalement se retourner contre le puissant système qui l'emploie. Raïssa, la discrète épouse qui s'était mariée par peur et non par amour, va finir par s’éprendre de son mari...

 

On suit les pérégrinations de ces deux héros avec plaisir tant les rebondissements sont fréquents. Mais à la fin, j'ai trouvé que l'auteur en rajoutait un peu pour parvenir à boucler son récit : le super héros survit à tous les pièges que ses adversaires lui tendent… Léo se révélant invincible, le suspense perd un peu en saveur. Mais l'ensemble reste plutôt très réussi et même impressionnant pour un premier roman.   


Certaines scènes font froid dans le dos, notamment la description des scènes de meurtre. Mais ce qui m'a le plus intéressée, c'est l'évocation très fine du système soviétique et de ses méfaits : on s’y croirait ! D’ailleurs, en fin de roman, l'auteur cite quelques sources dont il s'est inspiré pour nourrir son livre, dont le fameux Archipel du Goulag de Soljenitsyne (que je lirais un jour). Et c’est dans ces remerciements qu’il nous apprend que le tueur en série qu’il décrit a réellement existé, de quoi nous épouvanter encore plus !  

En quatrième de couverture, l’éditeur Belfond n’a pas manqué de signaler que l’ouvrage « sera bientôt adapté au cinéma par Ridley Scott ». Pas étonnant, vu la richesse de l’ensemble. Nul doute que le film sera haletant...  


Enfant 44, de Tom Rob Smith, Belfond, 398 pages, 22 €

L'éditeur Belfond : présentation  du livre et 20 premières pages

Critique de Télérama

Les analyses d'AudreySandra et Armande.
Bookomaton, elle, n'a pas du tout aimé, ainsi que Marie-Claire



Publié dans L'attrape-livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 08/12/2009 17:48


Bonjour, j'ai le bien que je pensais de ce roman, le 19/03/09 malgré quelques invraisemblances. C'est surtout, le contexte et le sujet qui sortent de l'ordinaire. A lire. Bonne soirée.


Flora 28/12/2009 15:35


je viens de finir "les enfants de staline" et ce documentaire rejoint pas mal "Enfant 44" : globalement la même période...


valérie 10/09/2009 20:24

J'espère que votre sélection polar sera meilleure que la nôtre de l'an dernier. Bonne aventure!

Flora 27/09/2009 21:04


Merci, pour l'instant les deux polars que j'ai eu à lire sont très différents l'un de l'autre...


Armande 26/08/2009 18:08

J'ai terminé cette lecture par obligation mais beaucoup de passages m'ont glacée d'effroi !

Flora 29/08/2009 12:40


moi aussi j'ai terminé un peu par obligation même si j'avais envie de connaitre la fin... j'ai été heureuse de passer à autre chose !


zarline 25/08/2009 15:11

Ahh, enfin un commentaire positif sur ce livre que j'ai adoré. Je suis par contre d'accord avec toi pour la fin qui est un peu trop "super-héros" (surtout le passage du train) mais il y a une explication: mon homme m'a offert hier le second roman de Smith qui reprend les mêmes personnages...

Flora 29/08/2009 19:14


Pour ma part je n'ai pas adoré, le livre m'a plu, mais un peu moins sur la fin...


Audrey A 22/08/2009 15:36

Effectivement, Lo fait figure de héros invincible mais c'est vrai que je n'ai pas trop tiqué dessus, tant l'atmosphère et le contexte politico-social était fort. Je vois que tu l'as relevé aussi, c'est pour moi une des grandes forces de ce livre, cette omniprésence de la lourdeur stalinienne et plus largement, soviétique.
Rien à voir, mais je démarre également le Fottorino ;)

Flora 29/08/2009 19:20


j'ai hâte de lire tes commentaires sur Fottorino... à plus tard !