Claude Marker déterre un très beau "Cadavre d'état"...

Publié le par Flora

En ce moment, je délaisse pas mal ce blog, faute de temps, de motivations et d'autres projets en cours, notamment deux marathons : marathon photo de la fnac, et bientôt marathon par équipe (parce que un vrai marathon, pas question ! je suis vraiment une coureuse occasionnelle)  ... Pourtant, au milieu de toutes ces activités, je trouve toujours le temps de lire, éperdument !

Récemment, j'ai été contacté par Suzanne du site "chez les filles" pour recevoir le polar Cadavre d'état.

Un polar ? pourquoi pas, cela faisait longtemps que je n'en avais pas lu. Mais en même temps, je me demandais si j'allais avoir le temps, surtout que j'étais branchée sur plusieurs titres de la sélection Inter que je voulais terminer avant le 1er juin, date de l'annonce du livre du prix inter 2009 (mais c'est un peu raté..).

J'ai finalement démarré ce fameux polar mais je l'ai lâché très vite, ne trouvant pas le début assez prenant. Prise de remords, (il va bien falloir que je le commente, je m'y étais engagée...), je l'ai donc repris un après midi. Et là, ô miracle, ô joie, je n'ai plus lâché ce livre avant d'en avoir terminé avec lui. 

Plusieurs remarques tout d'abord :
- j'ai mis à peu près une semaine à le lire, un peu long mais j'ai remarqué que les polars me prennent plus de temps, surtout si l'intrigue est un peu tarabiscotée et ici on est servi même si la trame reste classique.
- ce que j'ai aimé le plus, c'est suivre le personnage principal  Coralie Le Gall dans ses élucubrations pour finir l'enquête et rester à ses côtés dans ses nombreuses allées et venues.  La commissaire Le Gall ne se ménage pas pour aller au bout de l'affaire plutôt délicate qu'elle doit gérer en l'absence de son patron.  
- beaucoup de mots d'argot parsèment le texte, plutôt logique puisque c'est un polar, (quoique je ne sais pas si l'argot est un signe de fabrique du genre)  mais parfois cela m'a gênée car l'argot dans la bouche ou la pensée de la commissaire, je n'y croyais pas vraiment... L'argot, c'est plutôt le langage des malfrats, non ?  
- et il y a aussi beaucoup de mots orthographiés presque phonétiquement  : "djîne" pour jeans, "clîne" pour clean, "chêqueupe"... amusant mais lassant à la longue ! ou encore des termes inventés: "les politichiens, les ponctionnaires, les diplotames " (page 66).

L'histoire : un jeune fonctionnaire, Jean-Marc Ledauchy, découvre un mort dans son bureau du ministère de l'intérieur. Il va demander de l'aide à sa hiérarchie et aussitôt, la mécanique s'enclenche autour de ce "cadavre d'état" puisque le mort n'est autre qu'Hubert de Vaslin, conseiller occulte du premier ministre, plutôt original et attachant. La commissaire Le Gall entre en scène, tornade rousse dotée d'un caractère plutôt indépendant : "Toujours prendre à rebours, ne jamais se laisser enfermer dans le code dominant-dominé de son vis-à-vis, être ailleurs et le montrer : motarde chez les psychorigides cravatés, griffée parmi les loqdus, etc. Une des règles de Coralie Le Gall."  

Petit à petit, elle et son équipe parviennent à débroussailler l'affaire : "Si quelqu'un de consciencieux commence à tirer le fil Finances de l'écheveau, il tombera inévitablement sur le fil Homicide, et vice versa. Il arrivera aux mêmes conclusions que moi, forcément. Mon rapport, je vais en faire un piège à juge d'instruction." (page 330)  

Seulement son rapport sera condamné d'avance, trop proche d'une certaine réalité car "Les grands réseaux de la criminalité contemporaine sont devenus complexes, internationaux, omniprésents, ils sont imbriqués les uns dans les autres, ils sont incrustés dans nos circuits financiers, dans nos rouages politiques ; directement ou par la bande, ils contrôlent les médias qui nous présentent la surface des choses sans jamais nous montrer les oeuvres vives du navire sur lequel nous naviguons, ils imposent une omerta absolue à l'égard de qui ose les dénoncer..." (page 302)

Un polar vif, avec de nombreux rebondissements, notamment une fin plutôt rocambolesque...  Une bonne lecture avec une intrigue vraiment très prenante.

Site de Carnetsnord : avec les dessous de l'affaire...

Merci à Suzanne de pour m'avoir envoyé ce polar ! 


Quelques avis sur la blogosphère : NephMika - Stéphane -

Cadavre d'état, de Claude Marker, Carnets Nord, 401 pages, 18 euros.

Publié dans L'attrape-polars

Commenter cet article

sylire 09/06/2009 20:00

Ces temps-ci je reçois pas mal d'offres d'éditeurs pour des polars mais je refuse, ce n'est pas trop mon truc et on ne peut pas tout lire !

Flora 14/07/2009 18:49


Effectivement il faut faire des choix ! Ce polar-ci est pas mal...