"Une ardeur insensée" de Nathalie Azoulay

Publié le par Flora

Odile Marti, quarante-quatre ans, a apparemment réussi sa vie : pharmacienne, elle est mariée à William, brillant cardiologue avec lequel elle a eu trois enfants. Que peut-elle attendre de plus ? Un jour, Odile décroche son téléphone pour prendre des cours de théâtre :   

"Elle voudrait jouer Phèdre avant de mourir, précise-t-elle. C'est ridicule, elle le sait mais elle l'a dit. Je voudrais jouer Phèdre avant de mourir. Elle a envie d’ajouter, je veux vivre plusieurs vies avant qu’il ne soit trop tard. Plusieurs vies. Elle ne veut rien défaire de ce qu’elle a bâti, elle ne veut ni adultère, ni crise existentielle, elle veut tout garder, le mari, les enfants, la pharmacie, l’appartement, la maison de campagne, les cadeaux de Noël et même les visites au cimetière de Belney. Elle ne veut rien jeter mais à côté, à mains nues, elle se sent capable de creuser un petit sillon, le sien, secret, insoupçonné, où elle ira vivre ses vies comme d’autres vont au bordel ou à la chorale. Elle ira. Elle s’est entendue dire "plusieurs vies" comme elle ne s’entendra jamais dire plusieurs orgasmes à la suite."  (page 28).

Petit à petit, Odile change. Elle délaisse sa chère pharmacie, les devoirs de ses enfants, son mari. Elle s'isole pour apprendre ses textes, elle qui ne lisait que des polars auparavant et retrouve le plaisir d'apprendre. Elle est aussi sous le charme de Lewis Thurman, son professeur de théâtre qu'elle compare à son mentor : 

"... je veux réapprendre un texte, qu'il m'aide, qu'il m'explique, qu'il trouve des idées et des indications qui m'éclairent, qu'il me fasse descendre le long des parois en m'éclairant à la torche, c'est pour ça que j'y vais, pas pour devenir comédienne, je suis pharmacienne, j'aurais toujours besoin d'une connaissance objective, heureusement que la pharmacie est là, je ne pourrais pas me contenter du théâtre, je crois que je mourrais de ce trop plein d'émotions, de ces matières volatiles, fluctuantes..." (page 174).

Tout en s'ouvrant à de nouvelles sensations, elle se remémore des évènements de son passé, enfouis profondément dans sa mémoire ou des choses plus récentes, notamment ses relations avec ses proches. C'est comme si, au contact de grands textes, les voiles qui obscurcissaient sa vie se déchirent...  

Ce roman est une plongée plus qu'émouvante dans la vie d'une femme qui décide de changer, ou plutôt qui va progressivement décider de changer d'itinéraire, social mais surtout personnel, au fur et à mesure de ses cours de théâtre. L'auteur immerge le lecteur dans le cours des pensées d'Odile et c'est tout simplement passionnant. A découvrir !

Interview de l'auteur par Monique Atlan (émission "dans quelle éta-gère", France 2)

"Une ardeur insensée" de Nathalie Azoulay, Flammarion, 386 pages, 20 €.

Merci au 
Prix Femina et à son "coup de coeur des lectrices" grâce auquel j'ai reçu ce livre : chaque mois, des lectrices sont conviées à élire leur coup de coeur  littéraire.
"Une ardeur insensée" concourt pour le mois d'avril, bonne chance à ce livre que je soutiens ardemment !


Publié dans L'attrape-livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Solenn 16/03/2009 09:51

Je l'ai reçu aussi dans le cadre du Prix Femina, et je l'ai commencé hier soir :)

Flora 25/03/2009 20:02


bon ok j'ai lu ta critique... deux avis différents ! l'essenteil c'est de pouvoir en parler !