"Un jour sans" de Mark Mcnay : à découvrir !

Publié le par Flora

Je viens de terminer "Un jour sans" de Mark Mcnay et je suis encore sous le choc de ce livre percutant. Il fait partie de la sélection du prix littéraire "inter CE" proposé dans les bibliothèques d'Angers (et d'ailleurs).

Haletant, noir, empreint de quotidien, ce roman m'a fait penser au cinéma de Ken Loach. L'action se passe en Angleterre : Sean, le personnage sur lequel repose tout le livre, mène une vie plutôt médiocre à Glasgow. Il travaille dans l'usine de poulets locale, un travail à la chaîne dans le département "Frais" (titre original du livre) plutôt éreintant et pour le moins fatiguant. Son oncle Albert, qui l'a élevé, le soutient quotidiennement dans sa tâche, lui aussi travaille dans l'usine. Le point noir dans la vie de Sean, c'est son grand frère Archie, qui resurgit alors qu'il était en prison. Archie est un bandit qui n'hésite pas à faire tremper son frère dans ses combines  toujours douteuses, à savoir ses trafics de drogues... Sean n'est pas de la trempe d'Archie et celui-ci l'a bien compris. Sean a une dette envers Archie. Il tente de s'en débarrasser mais jusque là, son frère a toujours été le plus fort... 

"J'avais du mal à joindre les deux bouts. Maggie travaillait pas à l'époque et mon boulot à l'usine couvrait pas nos dépenses. Y fallait choisir entre des nouvelles chaussures pour la môme ou aller boire un verre le vendredi soir. Un putain de cauchemar, parce que je finissais par acheter les chaussures mais j'arrivais pas à renoncer à ma bière. Surtout quand j'voyais les potes qui se privaient pas, eux. J'ai commencé par faire des petits emprunts à des taux exorbitants. Et je me suis bientôt retrouvé dans la merde jusqu'au cou." (page 188) 

Ce premier roman, très rapidement lu, est un petit bijou dans lequel on se demande comment le personnage principal va se dépêtrer des griffes de son grand frère. Parallèlement, l'auteur insère de courts récits dans lesquels il revient sur des instantanés de vie des personnages :  l'enfance des deux frères, avec un père absent et une mère emportée par la maladie... Tout le livre est empreint de la réalité la plus brute : on y suit les doutes, les petits bonheurs et les rêves de Sean, ô combien attachants. La réalité est tellement brutale parfois qu'il s'en échappe régulièrement.

Un livre puissant, fort dont on ressort sous le choc. A découvrir !   

"Un jour sans" de Mark McNay, traduit par Aline Azoulay-Pacvoň,  éditions du Panama, 234 pages, 22 €.

Editions Panama

Le figaro

Evène


Publié dans L'attrape-livres

Commenter cet article

Yv 20/01/2009 18:32

Ca m'a l'air tentant. J'attendrai donc avec impatience sa lecture pour le prix inter C-E

Flora 21/01/2009 22:40


Je pense que tu devrais aimer... un bon roman selon moi.


Florinette 20/01/2009 11:58

Mmmm c'est très tentant tout ça, pourtant la couverture ne m'aurait pas du tout attirée, comme quoi il faut toujours s'en méfier !

Flora 21/01/2009 22:41


oui la couverteure, je n'en ai même pas parlé ! Pour moi aussi elle ne m'aurait pas tentée et pourtant !