Benoît Duteurtre "les pieds dans l'eau" à Etretat

Publié le par Flora

J'ai passé cet été une semaine de vacances à Etretat. Là-bas, j'ai croisé des figures d'écrivains et de peintres disparus, Maupassant bien sûr dont l'ombre plane toujours dans la cité balnéaire, Maurice Leblanc mais aussi Courbet, Manet...
Benoît Duteurtre, lui, est bien vivant. Bien qu'originaire du Havre, il a plus d'une accointance avec Etretat comme l'explique son dernier livre "Les pieds dans l'eau".  Son arrière grand-père, qui fut président de la république, René Coty, y passait ses étés. C'est donc à la fois un roman familial et sociologique, sur les moeurs des habitants de la petite cité balnéaire au fil du temps. L'auteur dépeint son enfance baignée dans le catholicisme ambiant, mai 68, l'évolution de la société...

Ce roman est construit en cinq parties divisées chacune en chapitres, autonomes les uns des autres.  Ainsi, page 181, l'auteur regrette l'abandon des cabines sur la plage :
"A l'approche de l'an 2000, pour la première fois depuis un siècle,  une certaine fatigue semble avoir saisi les estivants, lassés par l'idée de louer un emplacement, de démonter et de remonter leur cabine ou de payer quelqu'un pour le faire, puis d'entretenir le bois, de le repeindre et de tout recommencer".  Puis, plus loin, il constate, amer mais réaliste : "Après le temps de la liquidation, les vieux rituels renaîtront comme un folklore, à des tarifs élevés." (page 183).

Si comme moi, vous souhaitez revivre le doux temps des
vacances au bord de mer, lisez "les pieds dans l'eau", même si vous n'êtes pas allés à Etretat, vous apprécierez ce roman particulier dans lequel on croise de curieux  personnages, comme un oncle dont l'auteur garde un souvenir ému : 

" Mais il existait surtout, dans cette branche de la famille, un homme dont le style conjuguait l'exotisme de la capitale et la nostalgie d'Alain Souchon : c'était Arnold, le mari de Laurence, à mes yeux l'incarnation du bourgeois raffiné" (page 120).

Plus loin, il précise un peu les contours de ce personnage, son souvenir nous le rend à la fois sympathique et proche (cela doit toucher quelque chose en moi... est-ce l'évocation de l'alcoolisme ?) : "Furetant d'une pièce à l'autre, il avait toujours une cigarette allumée et son whisky n'était jamais loin ; mais Arnold maîtrisait en virtuose les manières discrètes du buveur mondain, consistant à tenir un verre caché dans le creux de la main, à le poser dans un coin où il le retrouverait plus tard, à cacher sa bouteille près d'un canapé pour échapper aux remarques - tout en maintenant la légère dose d'alcool propice à ses rêveries et à ses plaisirs" (page 122). 

Un texte pudique, émouvant parfois, sur le temps qui passe et dénature insidieusement les choses, les êtres. J'oubliais l'humour qui perce souvent, allégeant l'ensemble. Pour moi ce fut une façon de me remémorer mes vacances et ce petit bout de terre normande que j'ai aimé, malgré la modernité, malgré la température de l'eau, malgré les parkings prédominants, au grand dam de l'auteur !
Désormais, Etretat fait partie de moi et ce livre m'a fait prolonger ces douces vacances... A notre arrivée, une tempête mémorable, malgré les sourires (cf photo). A tel point qu'un sauveteur s'est déplacé pour nous signifier que nous étions trop près de la mer, subjugués et fascinés par la tempête, qui pouvait  nous emporter sans que quiconque puisse venir à notre secours... 

  

"Les pieds dans l'eau", de Benoît Duteurtre, Gallimard, 17.50 €, 238 pages. 

Site de l'auteur  (avec de nombreuses critiques de son livre)

 

Publié dans L'attrape-livres

Commenter cet article

Marianne 25/12/2008 14:18

Tes photos me rappellent de belles vacances.
C'était quand déjà ?
Oh là là... déjà si loin...
Joyeuses fêtes !

Bisous de Noël !

Flora 26/12/2008 19:08


Joyeuses fêtes également !


Florinette 23/12/2008 12:32

Je reviens te faire un petit coucou pour te fêter de joyeuses fêtes de Noël et de fin d'année Flora ! :0055:

Flora 23/12/2008 21:20


merci Florinette et à très bientôt  sur nos blogs respectifs !


Florinette 18/12/2008 12:30

Toutes ces belles photos et ce que tu dis sur ce livre donnent très envie de repartir !!

Flora 19/12/2008 21:34



Super ! moi aussi je repartirais bien à Etretat... malgrés la modernité ambiante, le tourisme... Etretat reste une petite station balnéaire bourrée de charme !



sylire 17/12/2008 22:23

Oui, tes photos sont superbes et j'imagine que c'est toi et ta petite famille sur la photo ?

Flora 19/12/2008 21:35


oui je n'ai pas résisté à les mettre sur ce blog ! j'ai mélangé un peu les genres : critique littéraire et photos de vacances perso !


Aifelle 17/12/2008 07:25

Chouette, il est dans ma PAL ! Je me réjouis d'avance de le lire. Tes photos sont belles, il faudra vraiment que j'aille à Etretat un jour de tempête.

Flora 19/12/2008 21:36


Oui et aussi un jour sans tempête ! Etretat est une petite station balnéaire unique !