"La petite cloche au son grêle » de Paul Vacca

Publié le par Flora

Je viens de terminer « La petite cloche au son grêle » de Paul Vacca aux éditions Philippe Rey.  Une collègue m’en avait parlé à la rentrée et j’avais conservé dans un coin de ma tête ce joli titre musical. Dernièrement, je suis tombée dessus à la bibliothèque alors que je furetais dans les nouveautés. Ayant presque fini "Les pieds dans l'eau" (Oui je vais en parler très bientôt), de Benoît Duteurtre, je me suis lancée dans ce roman qui se lit très vite. Un texte où il est question de Marcel Proust, de l’amour indéfectible que porte une mère à son fils unique, de l’éveil à la vie, à l'amour et à la mort d’un jeune garçon…

 

« Par nos rêves, nous nous installons dans ces villas inhabitées »

 

C’est une bien belle histoire, teintée de mélancolie, où les personnages luttent contre le sort...en vain. J'ai trouvé ce roman un peu fade. Certes de beaux et bons sentiments sont évoqués mais pour moi cela ne suffit pas. Il me manque un peu plus de matière... 

Et j'ai relevé aussi quelques imprécisions, comme le fait que le narrateur évoque être amoureux de la mère d'une fille qui fréquente son école. Plus tard, il semble délaisser la mère pour sa fille mais sans que l'on sache la raison de ce déplacement de sentiments... Cette histoire d'amour particulière semble n'avoir pour seul but que de rendre possible la rencontre du personnage avec la littérature et pas n'importe quelle littérature, en l'occurence il s'agit de celle de 
Proust, écrivain intouchable. Le seul avantage de cette "petite cloche", à mon humble avis, est de donner envie de lire (ou de relire) Proust. 

J'oubliais un élément important : le narrateur s'adresse à sa mère par le biais de la deuxième personne du singulier. Parfois fatiguant*, surtout qu'à la fin, il n'y pas de réelle explication de ce procédé. Cela aurait pu être un hommage à cette mère de la part de l'auteur. Peut être. Peut-être pas (apparemment non, cf blog d'Amanda). Peu importe.

Un récit pour les âmes simples et sensibles**, les autres passez votre chemin !


* Marie Sizun utilise ce procédé dans "la Femme de l'Allemand" avec autrement plus de force, selon moi...

** et pourtant je suis plutôt sensible mais là je n'ai pas accroché...


« La petite cloche au son grêle » de Paul Vacca, éditions Philippe Rey, 16 €, 181 pages.  

Liens vers blogs de
(il y en a beaucoup...)

- Sylire

- Yves

Amanda

...

Publié dans L'attrape-livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marianne 19/12/2008 21:22

Un émouvant souvenir de lecture.
Je t'envoie le lien de mon article suite à ma lecture :
http://entremotsetvous.over-blog.net/article-18389382.html
Bonne soirée.

Flora 19/12/2008 21:33


bon je vais aller voir ! et merci d'être venu sur mon blog...


Leiloona 16/12/2008 10:43

Mince : je n'avais lu que de bonnes critiques. Bon, je verrai bien ...

Flora 16/12/2008 21:13



ce livre n'est pas difficile à lire... c'est le seul avantage que j'y ai trouvé !!!



Joelle 15/12/2008 14:32

Ah, un avis un peu plus tiède ... du coup, voilà que j'hésite à nouveau ! mdr ! C'est toujours le côté Proust qui me fait peur ... je déteste cet auteur alors je ne pense pas que ce livre puisse me convaincre de refaire une nouvelle tentative avec "A la recherche du temps perdu" ! mdr !

Flora 16/12/2008 21:18



Comme c'est un livre qui se lit vite, il ne faut pas hésiter à le lire... mais personnellement j'ai trouvé cela un peu sans saveurs...



Yv 13/12/2008 21:08

D'accord avec Sylire. J'aime bien les livres avec de la profondeur en général, ce qui n'est probablement pas le cas de celui-ci, mais rien que pour le petit moment de plaisir qu'il procure en le lisant, il vaut très largement le coup d'être découvert.

Flora 16/12/2008 21:19


Au début,n j'ai éprouvé aussi un peu de bonheur à la lecture mais plus j'avançais, plus je trouvais le texte, les personnages, l'histoire, un peu faciles... Donc au final c'est la déception qui
l'emporte.


La Muse agitée 13/12/2008 17:46

Je dois avouer que je partage ton avis. J'avais trouvé ce livre assez plat et anecdotique. Trop de bon sentiment, pas assez de profondeur de sentiment. Enfin, les gouts et les couleurs ...
A bientôt !

Flora 16/12/2008 21:21



Effectivement, fade, plat, anecdotique... Je me méfie toujours des bons sentiments dans les romans.