"Le serrurier volant" de Benacquista et Tardi

Publié le par Flora

Plutôt très réussie cette collaboration Benacquista-Tardi pour ce titre, "Le serrurier volant" réédité par Folio juste avant l'été.

Première phrase : 
"Marc s'était toujours contenté de ce qu'il avait et n'aspirait à rien de mieux que ce qu'il était déjà : un homme ordinaire".

Petit résumé :
Marc devient convoyeur de fonds, comme ça, un beau jour et ce métier risqué lui convenait fort bien, jusqu'au jour où un grave accident survient... 
Après une assez longue période de reconstruction physique et mentale, un nouveau métier s'impose à lui : serrurier...
Mon avis :
Très court, ce roman est un pur régal... Dommage que ce ne soit pas plus étoffé pour faire durer le plaisir ! On suit les pérégrinations de Marc avec délectation  et même si sa vie est un peu comme les montagnes russes,  il ne faut pas hésiter à embarquer dans ce récit très bien mené. Quand aux dessins, et même si j'idolâtre Tardi, j'ai été un peu déçue. Est-ce à cause du format du livre qui les réduit ? Est-ce le choix du sépia qui donne un ton uniforme aux illustrations ? Finalement cela n'enlève rien à ce récit noir mais coloré en terme de rebondissements...

 Ici la première édition du texte, chez l'éditeur "
Estuaire" dans la collection " les carnets littéraires".

Cette collection est "
une collection de romans inédits illustrés par des artistes contemporains. Des écrivains s’associent à des gens de l’image pour créer des ouvrages littéraires d’un genre nouveau. Nouveau, parce que remettant en question l’acte même de lecture dans ses rythmes et ses codes ; l’acte de création ayant lui-même été modifié par la nécessaire alliance entre l’écrivain et l’intervenant graphique.

Ces œuvres graphico-littéraires intègrent la narration texte de type romanesque et la narration graphique (dessin, photographie, collage, gravure…) les rendant solidaires, l’un de l’autre.

Chaque livre est le fruit d’un dialogue particulier."

Effectivement, à la fin de l'ouvrage (court, trop court), l’éditeur, Didier Platteau, ancien directeur général de Casterman, raconte la genèse de ce livre dans une postface, après celles de Benacquista et de Tardi. Intéressant de connaître la genèse du livre, comment les deux auteurs se sont mutuellement choisis... Belle découverte que ce serrurier volant.

Publié dans L'attrape-BD

Commenter cet article

Michel 10/10/2008 18:26

Je confirme les dessins sont biens sépia !
et le texte en noir ?!

Flora 11/10/2008 00:07


en sépia dans le seconde et récente version...


Yv 09/10/2008 17:29

Sincèrement, je ne sais plus pour le sépia

Yv 08/10/2008 20:48

Je l'ai lu dans la première collection et j'ai beaucoup aimé, mais il faut dire que j'aime beaucoup le travail de Tardi et que je connais moins Benacquista, mais ce que j'ai lu ne m'a pas laissé indifférent, loin de là.

Flora 09/10/2008 00:11


bon, ok.... et ce que je cherche, c'est si la première édition est équivalente à la seconde, surtout en ce qui concerne les dessins de Tardi ? (cf le sepia ?)