Envolez-vous dans "l'aérostat" d'Elise Fontenaille

Publié le par Flora

Jolie surprise que ce roman à la fois léger et consistant , érudit mais sans pédantisme, et qui contient de petites touches libertines fort plaisantes. Le journaliste Delfeil de Ton trouve son titre "pas très romanesque" mais il se rattrape en qualifiant ce livre de "plus planant qu'il en a l'air, et même assez gonflé".

L'action se situe juste avant le grand souffle provoqué par 1789, en plein siècle des Lumières. Un aérostat, c'est un ballon gonflé d'air, ballon que les deux principaux protagonistes du roman vont expérimenter : Alexandre Grimod de la Reynière, provocateur et insolent, doté de pinces d'argent en guise de mains, libertin et fin gourmet, et son amie Juliette qui écrit pour le Journal de Paris... 

Juliette est une jeune fille en avance sur son temps : elle aime réaliser des expériences scientifiques, rire des facéties d'Alexandre,  faire la lecture aux "ressembleuses" (pour connaître le sens de ce mot, lisez l'extrait plus bas)  dans les jardins du Palais Royal (au programme Manon Lescaut..).

A eux deux, ils projettent de délivrer grâce à l'aérostat le marquis de Sade qui s'étiole dans sa prison de Vincennes... On croise dans ce récit vif et vivifiant beaucoup de personnages dont l'histoire a retenu le nom : Restif de la Bretonne, Lavoisier, Condorcet... Chaque chapitre est croustillant et renferme des anecdotes rigolotes sur l'époque mais ce texte reste un roman : difficile de distinguer le vrai du faux, le faux du vrai... Mais l'essentiel est bien ailleurs, dans la peinture des travers du siècle des lumières, dans la folie douce de certains personnages, dans une certaine écriture, fine, parfois libertine, souvent drôle et enjouée. Elise Fontenaille nous prend en tenaille dans son aérostat ! Lisez plutôt le tout début du roman :
 "En ce doux soir de juin 1783, Alexandre sort du Palais-Royal d'excellente humeur : en deux heures il vient d'honorer la reine, la princesse de Lamballe et la duchesse de Polignac.
Certes, la reine n'était pas mal, mais cette fois-ci la petite Lamballe s'est surpassée. Seigneur ! Comment peut-on accomplir de telles prouesses avec une bouche aussi menue ?
Alexandre fréquente depuis peu une petite maison du Palais-Royal, conseillée par son ami Rétif, qui s'est fait une spécialité de Ressembleuses : on n'y trouve que des filles triées sur le volet, imitant à la perfection les premières dames de la cour...
" (p.11) 


Quelques liens pour approfondir ce délicieux roman :
Site de Grasset : début du roman
-  Pour visionner une vidéo sur le roman, c'est ici (Bibliobs.com)
Photos d'Elise Fontenaille par l'atelier N89
- Portrait de l'auteur par l'auteur (maison des écrivains et de la littérature)
- Etonnants voyageurs : portrait de l'auteur
- une amusante critique de l'aérostat sur  Actua Litté
- les débuts de l'aérostat

Publié dans L'attrape-livres

Commenter cet article