Ulysse, les chants du retour : une BD envoûtante et pédagogique

Publié le par Marie-Florence Gaultier

Ulysse, les chants du retour : une BD envoûtante et pédagogique

Les pérégrinations d’Ulysse sont ultra connues : cet homme irrésistiblement attiré par le chant des sirènes, imaginant le cheval de Troie pour pénétrer par la ruse dans la forteresse ennemie… Toutes ces péripéties racontées par Homère avant un final extraordinaire : Ulysse revient, en cachant sa réelle identité, vers la belle Pénélope, sa femme qui l’espère depuis vingt ans et qui, assaillie de nombreux prétendants, a trouvé comme échappatoire nocturne de défaire sa tapisserie, fruit de son labeur quotidien. Dans cette BD, au lieu de reprendre le fil de tous ces épisodes célèbres, le dessinateur Jean Harambat choisit de se focaliser sur la fin de l’Odyssée, le retour d’Ulysse à Ithaque, son île, où l’attend Pénélope et son fils Télémaque. Assez rapidement, l’histoire d’Ulysse est entrecoupée d’épisodes contemporains, où des personnages divers sont mis en scène et interviennent dans le récit, portant un avis sur l’Odyssée et l’Illiade, éclairant un aspect ou re-situant tel évènement.

Les pérégrinations d’Ulysse sont ultra connues : cet homme irrésistiblement attiré par le chant des sirènes, imaginant le cheval de Troie pour pénétrer par la ruse dans la forteresse ennemie… Toutes ces péripéties racontées par Homère avant un final extraordinaire : Ulysse revient, en cachant sa réelle identité, vers la belle Pénélope, sa femme qui l’espère depuis vingt ans et qui, assaillie de nombreux prétendants, a trouvé comme échappatoire nocturne de défaire sa tapisserie, fruit de son labeur quotidien. Dans cette BD, au lieu de reprendre le fil de tous ces épisodes célèbres, le dessinateur Jean Harambat choisit de se focaliser sur la fin de l’Odyssée, le retour d’Ulysse à Ithaque, son île, où l’attend Pénélope et son fils Télémaque. Assez rapidement, l’histoire d’Ulysse est entrecoupée d’épisodes contemporains, où des personnages divers sont mis en scène et interviennent dans le récit, portant un avis sur l’Odyssée et l’Illiade, éclairant un aspect ou re-situant tel évènement.

Curieuse et étonnante BD, qui m’a fait voyager en Grèce, terreau de l’Illiade et de l’Odyssée et grâce à laquelle, j’ai revisité un grand classique. Une lecture déroutante car pleine d’imprévus. Mais une belle lecture également, avec de sublimes aquarelles aux couleurs magnifiques. Presque un album de voyage, dont les habituelles cases s’agrandissent pour laisser entrapercevoir de beaux, très beaux paysages. Jean Harambat nous offre ces images, en s’effaçant pour laisser la parole à ses interlocuteurs, spécialistes et non spécialistes, passionnés et dilettantes. Avec une prédilection pour Jean-Pierre Vernant, qui revient souvent dans les planches, et qui attise la curiosité, par son passé de résistant notamment, que son petit fils devenu adulte dévoile. Dommage que l’on n’en sache pas plus sur les ressorts de l’admiration que cet homme suscite sur le dessinateur, et j’en viens même à regretter que ces apartés n’aient pas été davantage développés plutôt que de faire apparaître tous ces personnages auxquels je n’ai pas eu le temps de m’attacher (à part quelques-uns comme Jean-Paul Kauffmann, vraiment épatant). L’originalité de l’album vient de là : cette pléthore de rencontres pédagogiques, qu’une longue bibliographie à la fin de l’album incite à creuser, parallèlement au récit pur du retour d’Ulysse parmi les siens. Au final, une BD étonnante, déroutante et ambitieuse. J’ai adoré les dernières planches de la BD, où enfin Ulysse se débarrasse de ses rivaux et retrouve son identité. Des dernières pages sublimes, apaisées.

Marie-Florence Gaultier

BD parue chez Actes Sud

Publié dans BD

Commenter cet article